Soutenir les rêves d’affaires des vétérans – Syracuse.edu


L'extérieur du Centre national de ressources pour anciens combattants avec des drapeaux agitant par une journée ensoleillée.

Le Blackstone LaunchPad de Syracuse soutient les étudiants vétérans dans leurs efforts commerciaux, notamment en s’associant à l’Institut D’Aniello pour les vétérans et les familles militaires et au programme de contrôle de la défense pour l’éducation spécialisée des vétérans.

Avez-vous déjà eu une idée pour une entreprise dont vous saviez qu’elle réussirait ? Beaucoup de gens, y compris des étudiants chevronnés, ont de bonnes idées pour les entreprises. Mais tout le monde n’a pas la possibilité de développer les compétences entrepreneuriales nécessaires pour y arriver. Heureusement, Syracuse a le Blackstone LaunchPad dans les bibliothèques universitaires de Syracuse pour aider les entrepreneurs en herbe à poursuivre leurs projets commerciaux et créatifs.

LaunchPad est au service des étudiants, des professeurs, du personnel et des jeunes diplômés de toutes les disciplines universitaires intéressés par la recherche et la découverte, la construction de parcours de carrière innovants et l’apprentissage des principes de l’entrepreneuriat. Le LaunchPad de Syracuse fait partie du plus grand réseau Blackstone LaunchPad, qui a lancé un effort national en 2013 pour fournir des ressources et des opportunités commerciales aux militaires, aux anciens combattants et à leurs familles par le biais de son initiative des anciens combattants.

LaunchPad de Syracuse et son PDG, Linda Dickerson Hartsock, travaillent avec des étudiants vétérans dans leurs entreprises commerciales, notamment en partenariat avec l’Institut D’Aniello pour les vétérans et les familles militaires (IVMF) et le programme de contrôle de la défense (DCP) pour la formation spécialisée des vétérans. Hartsock a récemment dirigé des ateliers de formation pour deux programmes organisés par l’IVMF dans le cadre du programme Entrepreneurship Bootcamp for Veterans Accelerate et un boot camp pour donner aux anciens combattants non étudiants un avant-goût de l’expérience universitaire. Elle a également animé un atelier d’été pour le DCP sur la création d’entreprise et les compétences de présentation autour du développement de produits et de modèles commerciaux.

“Nous avons vraiment commencé à développer notre relation avec l’IVMF, dont je suis fier car il s’agit du premier programme national pour les anciens combattants et plus particulièrement pour l’entrepreneuriat des anciens combattants”, a déclaré Hartsock.

Il y a environ trois millions d’entreprises appartenant à des vétérans aux États-Unis aujourd’hui, et Hartsock affirme que ces entreprises ont plus de chances de réussir que celles qui n’appartiennent pas à des vétérans, sur la base de ses recherches avec la US Small Business Administration. Hartsock pense que cela est dû aux compétences non techniques souvent acquises en service. “Si vous pensez aux compétences non techniques qui accompagnent l’entrepreneuriat, la résilience est en tête de liste, avec la résolution de problèmes, la constitution d’équipes et la résolution de conflits.”

Amanda Rylee ’19 et Brian Kam ’16 ne sont que deux des nombreux étudiants vétérans qui ont été soutenus par LaunchPad alors qu’ils commencent à travailler sur leurs rêves d’affaires.

Amanda Rylee : Sang, sueur et bière

La capitaine de l’armée américaine Amanda Rylee ’19 connaît la bonne bière. Élevée à Fairhope, en Alabama, sa belle-mère travaillait pour une entreprise qui fabriquait des conteneurs de fûts portables, et Rylee parcourait le pays avec elle pour rendre visite aux clients de leurs brasseries. À partir de là, elle a développé un amour pour la bière artisanale et, lorsqu’elle s’est inscrite à la miliaire, elle a remarqué que les bières artisanales n’étaient pas disponibles lorsque les soldats sortaient prendre une bière après le travail. “Bien qu’il existe des brasseries appartenant à des vétérans, aucune n’est distribuée ou vendue sur les échanges postaux militaires.”

Portrait d'Amanda Rylee debout à côté d'un réservoir exposé à l'intérieur.

La capitaine de l’armée américaine Amanda Rylee ’19 a déclaré qu’elle envisageait de créer une gamme de bières artisanales pour chacune des branches militaires.

Rylee a étudié l’entrepreneuriat et les entreprises émergentes à la Martin J. Whitman School of Management. Ses intérêts académiques et son amour de la bière artisanale ont fusionné lorsqu’elle a fondé sa société, Blood, Sweat and Beers, dans le but de créer une bière artisanale spécifiquement destinée à un public militaire. Elle dit avoir vu une excellente occasion de tirer parti de la popularité croissante de la bière artisanale et de l’intérêt pour la bière artisanale de marque militaire.

Elle a commencé à travailler sur un modèle commercial pour une classe et s’est connectée au LaunchPad pour l’affiner et lever des capitaux d’amorçage. Rylee a développé d’importantes compétences en leadership tout en travaillant dans son entreprise qu’elle applique à sa carrière militaire en service actif. “Je crois que mes compétences en leadership et la ténacité, la passion et la résilience que j’ai acquises grâce à l’entrepreneuriat m’ont aidé à réussir ma carrière militaire.”

Blood, Sweat and Beers est actuellement en attente pendant que Rylee est en service actif avec la First Security Force Assistance Brigade, mais elle a hâte de revenir une fois son contrat terminé. Elle envisage de créer une gamme de produits pour chacune des branches militaires. Certains des noms de leur bière sont Blue Falcon Lager, Puddle Pirate Pale Ale et Zero Dark Thirty Double IPA.

Je crois que mes compétences en leadership ainsi que la ténacité, la passion et la résilience que j’ai acquises grâce à l’entrepreneuriat m’ont aidé à réussir ma carrière militaire.

—Amanda Rylee ’19

“L’Université de Syracuse a offert une communauté de vétérans sans précédent et un soutien illimité du corps professoral, des pairs et de la communauté que je n’aurais jamais cru possible”, déclare Rylee.

Brian Kam : prospérer

Brian Kam ’16 a servi comme caporal dans le US Marine Corps de 2003 à 2007, et il était un autre entrepreneur vétéran qui a utilisé le LaunchPad pour travailler sur quelque chose de valable. Kam a lancé son entreprise Thrive en 2016 après son retour du Népal où il effectuait des travaux de secours après un tremblement de terre dévastateur. Thrive propose des programmes de formation professionnelle de première ligne et une assistance médicale aux communautés dans le besoin. Kam et ses deux co-fondateurs, Ryan Brinkerhoff ’16 et Joshua Moon ’16, se sont tournés vers LaunchPad pour lancer leur entreprise.

Deux hommes sont assis à côté d'un petit panneau solaire.

Brian Kam ’16 (à gauche), un ancien soldat du US Marine Corps, a lancé son entreprise Thrive en 2016 après son retour du Népal où il effectuait des travaux de secours après un tremblement de terre dévastateur.

“Ce sont Blackstone LaunchPad et Linda Hartsock qui ont aidé à assembler toutes les pièces”, déclare Kam. “Nous avons appris quoi faire, comment démarrer une organisation à but non lucratif, comment l’emmener à l’étranger et comment devenir entrepreneur.”

Alors qu’il étudiait les relations internationales à la Maxwell School of Citizenship and Public Affairs and Middle Eastern Studies du College of Arts and Sciences et travaillait sur Thrive, Kam a également demandé l’aide du Bureau des anciens combattants et des affaires militaires (OVMA). « L’OVMA m’a beaucoup soutenu durant mes études. Ils avaient des espaces où je pouvais me détendre. J’y ai rencontré de nombreux amis vétérans qui m’ont soutenu et c’était vital pour un vétéran de la communauté de Syracuse.

Kam est maintenant infirmière autorisée à Ogdensburg, New York, travaillant en pédopsychiatrie. Il dit que la santé mentale des enfants est souvent négligée et il a été initié à ce travail lorsqu’il était au Népal où il a été témoin d’une lacune dans le soutien médical.

Il dit que c’est l’esprit d’entreprise qu’il a développé à LaunchPad qui l’a poussé à fréquenter une école d’infirmières. “Beaucoup de choses que j’ai apprises au Népal et beaucoup de choses que j’ai apprises sur LaunchPad m’ont amené à vouloir devenir infirmière – j’ai trouvé ma vocation où je peux encore aider les moins fortunés que moi”, explique Kam.

L’OVMA m’a beaucoup soutenu durant mes études. Ils avaient des espaces où je pouvais me détendre. J’y ai rencontré de nombreux amis de longue date qui m’ont soutenu, et c’était très important pour un ancien combattant de la communauté de Syracuse.

—Brian Kam ’16

L’écoute ciblée est l’une des compétences qu’il a acquises au LaunchPad et qu’il utilise au quotidien dans ses soins infirmiers. “Ma capacité à écouter de manière réfléchie et réfléchie me permet de valider mes patients et leurs expériences, de dissiper la stigmatisation et la désinformation sur la santé mentale, d’aider à identifier leurs facteurs de stress, leurs émotions et leurs forces, et de développer des mécanismes d’adaptation sains et un engagement envers.” compassion et bien-être spirituel. L’écoute ciblée reste la compétence clé qui me permet d’inspirer le changement à la fois par le biais de mes projets Thrive et dans mon rôle actuel d’infirmière psychiatrique pédiatrique.

Kam est maintenant un mentor chez LaunchPad, fournissant des conseils aux étudiants actuels et aux étudiants vétérans qui poursuivent leurs rêves. « Si un étudiant a une idée, il doit la poursuivre. Il existe de nombreuses ressources sur le LaunchPad qui peuvent les aider à faire de ce rêve une réalité.

Cette histoire a été publiée le .

Blog In 2021 joker0o xyz

Add Comment